.
 
.

 
 

Qui était Sainte Clotilde ?

Sainte Clotilde naquit vers 474, probablement à Lyon et fut élevée dans la pratique de la vertu et dans la vénération des martyrs lyonnais, spécialement de Sainte Blandine. Elle était fille de Chilpéric II (436-491), roi catholique d'une partie de la Bourgogne, et nièce du prince arien Gondebaud. Appelée par Dieu à la grande mission du salut de la France, elle fut élevée au palais de son oncle, assassin de sa famille. La mère de Clotilde avait déposé dans son cœur, avec la foi, les germes de la piété. Aussi, dans une cour hérétique, sut-elle résister à toutes les sollicitations de Gondebaud et conserver la foi de son baptême. Clovis, roi des Francs, entendit parler de la beauté, des vertus et de toutes les grandes qualités de la jeune princesse et la fit demander en mariage à Gondebaud, qui n'osa la refuser. Le mariage eut lieu en 493 à Soissons. Clotilde comprit qu'elle n'avait été appelée à partager le trône d'un roi païen que pour remplir les vues de Dieu sur un peuple généreux mais non éclairé de la lumière de l'Évangile. Elle eut soin de gagner les bonnes grâces d'un époux magnanime, mais violent et barbare. Elle usa de son influence pour lui parler de Jésus-Christ. Clovis l'écoutait avec intérêt. Toutefois, il ne se hâtait pas. Il lui permit cependant de faire célébrer le culte catholique dans le palais et consentit au baptême de son premier-né. Clotilde mettait sur la tête de cet enfant toutes ses espérances pour la conversion de son peuple, quand Dieu, dont les desseins sont impénétrables, le ravit à la terre. A la colère du roi, à ses reproches, la douce reine répondit : « Je remercie Dieu de ce qu'Il m'a jugée digne de mettre au monde un fils qui est maintenant dans le Ciel ». Un second enfant fut baptisé encore et tomba malade. Nouvelle et plus terrible colère de Clovis. Mais les prières de Clotilde furent entendues, et Dieu envoya des Anges guérir tout à coup le petit agonisant. Le moment de la grâce était venu. A la bataille de Tolbiac, après un choc terrible des Alamans, les Francs pliaient, quand Clovis, dans une illumination soudaine, s'écria : « Dieu de Clotilde, donne-moi la victoire et Tu seras mon Dieu ! ». Le courage renaît à ses soldats et bientôt la victoire des Francs est complète. Peu après, Clovis était baptisé par Saint Rémi, à Reims le 25 décembre 496. Ce fut le signal du baptême de la nation entière.

Clovis mourut en 511, à l'âge de quarante-cinq ans, et Clotilde, dégoûtée du monde, éprouvée dans ses 4 enfants [elle dut se séparer de sa fille Clotilde et la donner en mariage au roi des Visigoths, Amalaric. Son fils Clodomir perdit la vie dans une bataille contre les Burgondes tandis que Childebert et Clotaire traitèrent en prisonniers les enfants de Clodomir pour finalement assassiner les deux premiers] quitta bientôt la cour pour aller finir sa vie dans les larmes, les prières les aumônes, au fond d'un couvent (au tombeau de Saint Martin de Tours). Très pieuse, elle fit ériger un monastère (aux Andelys), agrandir Saint-Pierre de Reims, reconstruire les Saints-Apôtres de Rouen, fut associée à la construction de la basilique des Saints-Apôtres à Paris, éleva à Chelles un monastère de femmes en l’honneur de Saint Georges, reconstruisit et orna la basilique qui abritait les restes mortels de Saint Germain d’Auxerre.

Prévenue du jour de sa mort, elle fit venir ses enfants, leur adressa ses dernières recommandations, et alla recevoir au Ciel sa récompense, le 3 juin 545. Son corps fut transporté de Tours à Paris est fut enterrée aux côtés de son époux Clovis dans l'abbaye Saints Pierre et Paul (actuel lycée Henri-IV). Cependant au neuvième siècle, les invasions normandes obligèrent les Parisiens à transporter la châsse de Saint Clotilde au château de Vivières. Quand les reliques furent rendues aux génovéfains de Paris, ceux-ci laissèrent à Vivières la tête et un bras, et ce furent là les origines d’un culte de Sainte Clotilde resté populaire dans cette localité. En 1656, une côte de la sainte fut concédée à l’église de Notre-Dame des Andelys, demeurée toujours fidèle au culte de sa fondatrice. En 1793, la rage des révolutionnaires s’acharna contre le sanctuaire parisien. On parvint à grand-peine à sauver les ossements de Clotilde et à les mettre en lieu sûr. Ces ossements sont conservés dans la petite église paroissiale de Saint-Leu-la-Forêt.

Pourquoi Sainte Clotilde ?

« petite anecdote librement rapportée par Patrick GUYARD, avec l’aimable assentiment de Monseigneur Dubost »

J’ai eu l’occasion récente de déjeuner avec Monseigneur Dubost, qui fut à l’origine de ce choix de patronage. Il me semble intéressant de préciser qu’elle fut la vraie raison de ce choix, car il y a là, de mon point de vue, un intérêt historique certain (voire pré-historique) pour l’ALAT.

 

Vers la fin des années 90, Monseigneur Dubost, alors évêque aux Armées, avait constitué une petite équipe chargée de « trouver » un saint patron pour l’ALAT.

On scruta donc les Ecritures…

Il ne fallut que peu de temps à nos experts pour relire le passage suivant du second Livre des Rois :

 

[ Elie dit à Elisée : « Demande ce que tu veux que je fasse pour toi, avant que je sois enlevé d'avec toi. » Elisée répondit : « Qu'il y ait sur moi, je te prie, une double portion de ton esprit ! » Elie dit : « Tu demandes une chose difficile. Mais si tu me vois pendant que je serai enlevé d'avec toi, cela t'arrivera ainsi ; sinon, cela n'arrivera pas. » Comme ils continuaient à marcher en parlant, voici, un char de feu et des chevaux de feu les séparèrent l'un de l'autre, et Elie monta au ciel dans un tourbillon. Elisée regardait et criait : « Mon père ! Mon père! Char d'Israël et sa cavalerie ! Et il ne le vit plus. »  ] (2 Rois 2/9-11).

 

Par ailleurs, si le cahier des charges de l’Etat-major précisait : « un saint patron qui se fête en juin », cela voulait surtout dire « un jour où l’on peut voler, pas comme à la sainte Barbe ! ». Et Saint Elie se fête le 20 juillet.

Le vicaire, le général, le pilote, le mécanicien, le météorologiste… Tous pouvaient s’accorder pour choisir le prophète Elie comme saint patron.

Mais la canonicité ne fait pas toujours bon ménage avec la trivialité ! Et dans un même élan tous pensèrent que « Elie – hélicoptère » était un mauvais jeu de mots !

 

« Elie » restait cependant dans les esprits, comme ces petites chansons que l’on conserve du matin au soir, sans pouvoir s’en débarrasser.

Monseigneur Dubost demanda alors conseil à son père (on ne le fait jamais assez !). Ce dernier avait été, en 1944, « porte serviette » du Colonel Besançon, commandant l’artillerie lors de la libération de Rome… le 4 juin.

Ce jour là, il y eu évidemment un défilé des forces alliées dans la ville éternelle, et les Pipers d’observation de l’artillerie y prirent part. Pour ces avions de l’armée de terre, ce fut, semble-t-il, un des premiers rassemblements en défilé aérien.

Le 4 juin, l’Eglise honore sainte Clotilde. Monseigneur Dubost pensa donc que la sainte obtiendrait les suffrages de l’ALAT : n’était-ce pas grâce à son intercession que les Francs vainquirent in extremis les Alamans ? Souvent aujourd’hui, n’est-ce pas aussi grâce à l’intervention décisive de l’ALAT que nos forces remportent la victoire ?

 

C’est ainsi que l’histoire a rencontré la légende, et que sainte Clotilde est devenue la patronne de l’ALAT.

 

Prière à Sainte Clotilde ?

Sainte Clotilde, reine de France, protégez et veillez sur tous vos enfants de l'A.L.A.T. Comme naguère vous avez inspiré à Clovis de se tourner vers le Ciel pour implorer la grâce divine, obtenez-nous du Seigneur les fruits de l'Esprit.
Que toujours sur terre et dans les airs nous répondions avec empressement aux appels qui nous sont adressés.
Vous dont la vie fut un modèle de prudence et de tempérance rendez-nous audacieux sans être téméraires, gardez constante notre espérance au-delà des épreuves.
Sainte Clotilde ne décevez pas notre attente quand nous avons recours à votre glorieuse intercession :
-dans le doute apportez-nous la confiance ;
-dans le danger apportez-nous la force ;
-dans les ténèbres apportez-nous la lumière.
Vous qui par le passé avez conduit notre pays aux sources de la vraie foi, préservez-nous à présent de toute lâcheté et de toute compromission avec les puissances du mal.
Aidez-nous à répondre à toutes nos missions comme une invitation à aimer et à servir.
Sainte Clotilde, patronne de l'A.L.A.T. priez pour nous !

 

Aumônier Emmanuel Duché.

 

 
 
 

Mentions légales

 

Dernière mise à jour du site le jeudi 23 février 2017 16:49;20

Site développé par JJ Chevallier sur MS Expression Web 4, hébergé par Website Out pour UNA-ALAT