.
 
.




   



L'ALAT des pelotons en Algérie...

par le général André Martini

Il était une fois dans les Aurès...

par le S/Lt Hugues Bouvard

Opération dans le Bou-Zegza...

Par Pierre Bertrand

Piper du GAOA n°3 dans le Grand Erg Occidental...

Par les Ltns Richard et Pennaneac'h  

Bouclage au Sud d'Uzes le Duc...

Par Maurice Vaucelle

Les Piper de Chéragas 1958...

Par Maurice Vervoort

A Berrouaghia et Djelfa avec le P.M.A.H. de la 20eme DI...

Par Daniel Rougeaud

Convoyage vers Sidi-bel-Abbès...

Par Gérad Politis

A Chéragas au GALAT n°3...

Par Gérad Politis

Souvenirs d'un Observateur Pilote appelé en Algérie ...

Par le S/Lt Yves Quiniou

La petite histoire d'un mécano hélico héroïque...

Par Claude Dombrovsky

Chaleur...

Par Maurice Vervoort

EVASAN dans le sud algérien...

Par le colonel Ange Baggioni

Vol d'automne 1957...

Par Francis Beaulier


 
 





La petite histoire d'un mécano hélico héroïque...
par Claude DOMBROVSKY

Mars 1960, djebel FRENDA en Oranie, au cours de l'opération " TENTACULE Le commandant de l'opération vient nous informer qu'une section de légionnaires était en action sur un piton et que, pour cause de panne radio, il était impossible d' entrer en contact avec eux pour les prévenir que les fellaghas les attendaient de l'autre côté du piton et qu'il faudrait un autre moyen pour le leur signaler ; Décision : je dis à mon ami pilote, Jöel LAURENT : " nous ne pouvons pas laisser massacrer ces hommes ".

Nous nous mettons donc à la recherche d'un poste radio pour le leur porter. Gros " HIC ", nous ne pourrons nous poser qu'auprès des fellaghas. Pas d'autre D.Z. J'insiste auprès de Joël " Tu me déposes là et tu redécolles de suite " Je me suis donc faufilé à travers les lignes ennemies, mon RCR 300 dans les bras. Les fellaghas ne m'ont pas tiré dessus, sans doute pour ne pas se faire repérer, car un " Siko " bien armé suivait ma progression. Je grimpe donc sur le piton au milieu de la forêt et dégringole de l'autre côté pour remettre le poste de radio au chef de section, tout en l'avertissant qu'ils étaient attendus de l'autre côté ; Je suis reparti sans demander mon reste. Car, là non plus, pas de D.Z. au milieu des arbres pour venir me récupérer. Reparti donc en sens inverse, remonté, redescendu, retraversé les lignes hostiles : je voyais très bien les fellaghas. J'ai fini par retrouver cette D.Z. où mon pilote Joël LAURENT, m'ayant aperçu, se posa avec son Djim pour me reprendre et repartir de suite.

Merci au courage de ce pilote. Je pense avoir eu beaucoup de chance. Heureusement il y avait la protection du Siko. Ce jour là, si j'ai risqué ma vie, j'ai certainement sauvé celles de plusieurs combattants légionnaires qui fonçaient, tête baissée, dans le piège tendu par les fellaghas.

Plus tard, nous devions apprendre que ce jour là, une quarantaine de prisonniers avaient fait les frais de cette opération. Mais pour un simple adjudant mécano hélico, cette action fut ignorée... et oubliée...!!!

 

 
 

Mentions légales

 

Mise à jour de cette page le jeudi 23 février 2017 16:49;28

Site développé par JJ Chevallier sur MS Expression Web 4, hébergé par Website Out pour UNA-ALAT