.
 
.




   



L'ALAT des pelotons en Algérie...

par le général André Martini

Il était une fois dans les Aurès...

par le S/Lt Hugues Bouvard

Opération dans le Bou-Zegza...

Par Pierre Bertrand

Piper du GAOA n°3 dans le Grand Erg Occidental...

Par les Ltns Richard et Pennaneac'h  

Bouclage au Sud d'Uzes le Duc...

Par Maurice Vaucelle

Les Piper de Chéragas 1958...

Par Maurice Vervoort

A Berrouaghia et Djelfa avec le P.M.A.H. de la 20eme DI...

Par Daniel Rougeaud

Convoyage vers Sidi-bel-Abbès...

Par Gérad Politis

A Chéragas au GALAT n°3...

Par Gérad Politis

Souvenirs d'un Observateur Pilote appelé en Algérie ...

Par le S/Lt Yves Quiniou

La petite histoire d'un mécano hélico...

Par Claude Dombrovsky

Chaleur...

Par Maurice Vervoort

EVASAN dans le sud algérien...

Par le colonel Ange Baggioni

Vol d'automne 1957...

Par Francis Beaulier


 
 




Chaleur...
par Maurice Vervoort

21 février 1961

Je pilotais le Nord 3400 n° 77 F-MCMC pour une mission de reconnaissance en MY 15-25. Arrivés à la verticale de Chréa, l'observateur, Slt Hocquigny, et moi-même perçûmes une odeur dans la cabine rappelant une odeur pharmaceutique. Pensant que cela provenait d'un feu au sol, que nous survolions, nous avons tenté de contacter en HF les troupes au sol; à ce moment le moteur eut deux ou trois ratés et je mis aussitôt le cap au Nord (vers la plaine de la Mitidja). Nous décidâmes de nous poser à Blida pour vérifier l'appareil et prévînmes par VHF Capron (le PC Air).

L'odeur persistant et étant donné l'impossibilité d'avoir le contact radio HF, je pensais que cela pouvait provenir d'un feu de circuit électrique, aussi je coupai le circuit et me dirigeai le plus rapidement possible vers Blida.

Arrivé à 4 km environ au Sud du terrain, le moteur eut à nouveau des ratés et une baisse de régime. Je rétablis le circuit électrique et demandai à Blida Airport l'autorisation de me poser d'urgence. Pressions et températures étaient normales; la pompe électrique n'apporta pas d'amélioration. Alors que nous étions à 200 mètres d'altitude et à 1 km au sud des bâtiments de la base, la baise de régime s'accentua, pleine admission et plein petit pas le régime était de 1600 T/mn; je n'ai pas noté la valeur de la P.A. Presque immédiatement, la baisse de régime s'accompagna d'un bruit moteur rappelant un démarreur de NC-856 lancé à plein régime. La température d'huile monta brusquement au maximum, mais revint en quelques secondes à sa valeur normale (sans doute dû aux vibrations du moteur).

Je décidais aussitôt pour éviter un crash sur la ville ou les bâtiments de la base, de me poser dans un champ de blé parallèle au sens de la piste. J'avertis par radio la TWR de Blida, je tirai l'étouffoir, coupai tous contacts et criai à l'observateur de bloquer son harnais.
L'avion se posa normalement pleins volets et s'immobilisa après 150 mètres de roulement. Il était alors 14h04; le service de sécurité de la base fut sur place en 2 minutes environ. Après l'atterrissage, je n'ai constaté aucune anomalie dans le circuit électrique ni dans le circuit radio.

La panne était en fait due à un défaut de graissage de l'arbre d'entraînement du rotor du compresseur mécanique situé sur le dessus du moteur Potez 4D34, entraînant sa surchauffe (odeur) et sa rupture (bruit), les ailettes du rotor tournant à 34000 T/mn se sont désintégrées et sont tombées par les pipes d'admission dans les cylindres.

 
 
 

Mentions légales

 

Mise à jour de cette page le jeudi 23 février 2017 16:49;28

Site développé par JJ Chevallier sur MS Expression Web 4, hébergé par Website Out pour UNA-ALAT