.
 
.




   



L'ALAT des pelotons en Algérie...

par le général André Martini

Il était une fois dans les Aurès...

par le S/Lt Hugues Bouvard

Opération dans le Bou-Zegza...

Par Pierre Bertrand

Piper du GAOA n°3 dans le Grand Erg Occidental...

Par les Ltns Richard et Pennaneac'h  

Bouclage au Sud d'Uzes le Duc...

Par Maurice Vaucelle

Les Piper de Chéragas 1958...

Par Maurice Vervoort

A Berrouaghia et Djelfa avec le P.M.A.H. de la 20eme DI...

Par Daniel Rougeaud

Convoyage vers Sidi-bel-Abbès...

Par Gérad Politis

A Chéragas au GALAT n°3...

Par Gérad Politis

Souvenirs d'un Observateur Pilote appelé en Algérie ...

Par le S/Lt Yves Quiniou

La petite histoire d'un mécano hélico...

Par Claude Dombrovsky

Chaleur...

Par Maurice Vervoort

EVASAN dans le sud algérien...

Par le colonel Ange Baggioni

Vol d'automne 1957...

Par Francis Beaulier


 




EVASAN dans le sud algérien...
par le colonel Ange Baggioni

Le  14 mars 1963 en fin d'après-midi un message arrive en salle OPS d'In Amguel : " Accident sur la piste entre In Salah et Arak au lieu dit Tiratimine, trois blessés graves, demandent évacuation urgente ". Le Chef de détachement ALAT, le Lieutenant Ange BAGGIONI est contacté. Il décide d'effectuer la mission. Il faut faire vite pour arriver sur les lieux avant la nuit. Le H-21*, FMARE, est très vite opérationnel avec à son bord un médecin, un mécanicien, un copilote. Deux fûts de 200 litres d'essence sont chargés. Tiratimine se trouve à mi-chemin entre In Salah et Arak. Arak est à 300 Kms au nord d'In Amguel et In Amguel à 160 Kms au nord de Tamanrasset.

L'hélicoptère arrive sur les lieux de l'accident à la tombée de la nuit. La DZ est balisée de quatre feux. On charge les blessés. Le médecin s'affaire auprès d'eux. Le mécanicien vide les deux fûts dans le réservoir avec la pompe Japy et l'entonnoir muni de la peau de chamois. L'autonomie n'est pas suffisante pour le retour à In Amguel. Il faut se poser sur le terrain de campagne d'Arak pour compléter. L'hélicoptère décolle, fait une verticale DZ pour prendre son cap. Horreur ! Aucune visibilité, pas d'horizon, le " chasse sable " (sable en suspension dans l'air) s'est levé. Il faut décider vite. Le chef de bord décide de suivre la piste à 30 mètres du sol phare allumé sur celle-ci. La visibilité est si médiocre qu'il faut encore descendre et suivre les méandres de la piste. Enfin voici le terrain d'aviation de campagne. Personne ! Un contact radio est pris avec le poste. Il n'y a pas de véhicule disponible donc impossible d'amener du carburant. Le poste d'Arak est dans des gorges profondes (150 à 200 mètres) et très étroites (50 mètres). Il faut attendre le lendemain matin pour décoller mais les blessés sont dans un sale état et il fait très chaud. Le chef de bord décide d'aller vers le poste. Le déplacement se fait à 10 mètres du sol à 15 nœuds phare allumé sur la piste et balayage latéral pour apprécier la largeur des gorges. Ouf enfin le poste ! On complète le plein. Maintenant il faut sortir de ce trou. Les gorges sont très longues et à angle droit après le poste. Le chef de bord fait une reconnaissance à pieds. La visibilité est toujours aussi médiocre. Le décollage s'effectue aux instruments à 2700 tours, 51 pouces, 30 nœuds. Le pilote compte jusqu'à 5 et vire de 90 degrés sur la droite. Le phare est éteint car il crée un halo autour de la bulle de pilotage qui éblouit l'équipage. Après quelques secondes la pente normale de montée est affichée 2500 tours, 45 pouces, 50 nœuds. Les minutes sont longues. Tout à coup la visibilité est excellente, la lune s'est levée, le " chasse sable " a disparu. C'est un miracle, on a peine à y croire. L'hélicoptère est sorti des gorges bien au centre dans l'axe de celles-ci. Il ne reste plus qu'à afficher la balise d'In Amguel. C'est fait mais le radio compas vient de tomber en panne. Il faudra naviguer à l'estime et essayer de trouver des repères sur le terrain. La sérénité règne à bord. Tout à coup les lumières de la base apparaissent à l'horizon. L'erreur de navigation est minime. L'hélicoptère se pose à In Amguel, il est 23 heures. Cinq heures de vol ont été effectuées dont trois de nuit. On va pouvoir dîner...

Les blessés sont pris en charge par l'antenne chirurgicale et mis en condition pour l'évacuation secondaire. Le transfert vers Réghaïa se fait par avion dans la nuit puis dans la journée pour la France.

Une belle chaîne sanitaire a été réalisée.

Le pilote Chef de bord le Lieutenant BAGGIONI vient d'effectuer sa dernière EVASAN en Algérie avant son rapatriement. Il aimerait bien que son copilote et son mécanicien dont il a oublié les noms, se fassent connaître car il leur doit sa reconnaissance pour leur aide pendant cette périlleuse aventure mais combien enrichissante avec la satisfaction de la mission accomplie.

Remerciements à tous les deux.

*
Le H 21 est un hélicoptère birotor, moteur essence 1425 CV, appelé aussi " Banane volante ".

 

 
 
 

Mentions légales

 

Mise à jour de cette page le jeudi 23 février 2017 16:49;29

Site développé par JJ Chevallier sur MS Expression Web 4, hébergé par Website Out pour UNA-ALAT