.
 
.

 
 

Ce titre accrocheur n'a pas pour objectif d'allumer une guerre des boutons contre nos amis de la Royale. Au contraire c'est un clin d'œil que nous leur adressons pour saluer le tandem formé par les équipages de la marine et l'ALAT dans les opérations amphibies.

 
 

Les bâtiments de projection et de commandement - BPC

 

Les bâtiments de projection et de commandement (BPC) sont des bâtiments qui combinent, sur une plate-forme unique, les fonctions de porte-hélicoptères, d’hôpital, de transport de troupes, de mise en œuvre de moyens d’assaut amphibie et enfin de commandement.

 

Les deux premiers BPC, Mistral et Tonnerre, ont respectivement été mis en service en 2006 et 2007.

 

Le troisième, Dixmude, commandé au groupement STX-DCNS dans le cadre du plan de relance de l’économie a été réceptionné par la DGA en janvier 2012. Il sera officiellement mis en service mi 2012 après une première mission opérationnelle de longue durée qui associe la formation 2012 des officiers élèves de la marine (anciennement dispensée à bord de la Jeanne d’Arc).

 

Un quatrième BPC est prévu dans la prochaine loi de programmation militaire (2015-2020), avec une livraison à l’horizon 2020.

 

Description

 

Les BPC sont conçus pour remplir les missions suivantes :

• projeter des forces par voie aérienne ou maritime ;
• conduire des opérations de projection de forces par voie aéroportée et/ou maritime depuis un poste de commandement de niveau opératif embarqué ;
• soutenir des forces déployées ;
• porter assistance aux populations civiles.

 

Les BPC sont optimisés pour durer à proximité des zones de crise dans le cadre d’opérations amphibies nationales ou alliées, de missions de temps de crise, d’opérations aéromobiles ou de transport opérationnel.

Les BPC possèdent des capacités suivantes en matière de projection de forces : jusqu’à 750 combattants, seize hélicoptères TIGRE ou NH 90 (classe 12 tonnes) peuvent être embarqués ainsi qu'une soixantaine de véhicules blindés dont le char Leclerc. Les hélicoptères alliés « moyens lourds » comme le « EH101 Merlin » (16 tonnes), peuvent se poser sur le pont d'envol. Les hélicoptères « super lourds » comme le « Super Stallion » américain (35 tonnes) disposent d’un spot dédié (spot n° 1).
Par ailleurs, les dimensions du radier sont telles qu’il est possible de faire entrer toutes les batelleries classiques alliées de la classe des CTM (1) français et de la classe du LCAC (2) de l’US Navy. Les EDA-R (3), en cours d’acquisition par la DGA, sont naturellement conçues pour être déployées à partir des BPC.

 

Fiche technique

 

Caractéristiques

• longueur : 199 mètres ;
• largeur : 32 mètres ;
• déplacement à pleine charge : 21.500 tonnes ;
• propulsion électrique par 2 propulseurs orientables (POD) de 7 MW chacun ;
• équipage : 180 personnes ;
• pont d’envol de 5.200 m² : 6 spots dont 1 pour hélicoptère super lourd du type CH-53 Super Stallion ;
• capacité du hangar hélico : jusqu’à 16 hélicoptères TIGRE ou NH-90 ;
• capacité du radier : 4 CTM ou 2 LCAC ou 2 EDA-R ;
• accueil pour de longues périodes (jusqu'à 6 mois) de 450 combattants (jusqu’à 750 combattants pour de courtes périodes), de 60 véhicules blindés ou d’un escadron de 13 chars Leclerc de l’armée de terre ;
• capacité pour évacuation : 750 personnes ;
• hôpital de 750 m² : 69 lits (extension possible), 2 salles d'opération, une salle de radiologie ;
• poste de commandement sur 850 m² : état-major jusqu'à 150 personnes.

 

Performances

• vitesse maximale : 19 nœuds ;
• distance franchissable : 11.000 nautiques à 15 nœuds ;
• autonomie en vivres : 30 jours ;
• mise en œuvre des hélicoptères jusqu'à mer 5 et des engins nautiques jusqu'à mer 3 ;
• capacité d’autodéfense : missiles SIMBAD, artilleries de 12,7 mm et de 20mm F2.

 

Capacités de commandement et de communications
La priorité a été accordée aux moyens de communications et aux systèmes d’information et de commandement (TSIC) pour les besoins d’un poste de commandement situé dans une zone modulable permettant d'accueillir un PC CATF (4) ou CLF (5) et un PC NOE (6) et un PC MCC (7). Tous les réseaux sont pré-câblés et permettent l'accueil de tous les systèmes de commandement propres à chaque PC.
Ces moyens TSIC sont adaptés, en nombre de liaisons simultanées et en débit, aux capacités nécessaires au commandement de théâtre et au commandement des opérations amphibies. Le système de télécommunications intègre un ensemble de moyens performants dont les liaisons de données tactiques (L11 et L16).

 

Système d’armes
Le système d'armes du BPC est constitué en premier lieu du radar de veille tridimensionnelle MRR associé au système d’exploitation SENIT 9. Dérivé du SENIT 8 du porte-avions « Charles de Gaulle », il dispose d'un module de gestion de la batellerie.
La système d’armes du BPC est constitué en second lieu d'une autodéfense rapprochée décentralisée du système de veille et regroupée autour de 2 affûts SIMBAD, de 4 mitrailleuses de 12,7 mm et de 2 canons de 20 mm.

 

Constructeurs
Les deux premiers BPC ont été réalisés sous maîtrise d’œuvre DCNS. DCNS a construit à Brest les parties arrière des bâtiments et CAT (aujourd’hui STX France) a construit à Saint Nazaire les parties avant. DCNS a assemblé, armé et essayé les bâtiments à Brest.
Le troisième BPC a été réalisé par STX France et DCNS associées en cotraitance. STX France a construit la plateforme propulsée et installé le système de combat réalisé par DCNS. Comme pour les deux premiers BPC, le système de communication et le radar de veille ont été fournis par Thalès.

 

Pays équipés
A ce jour, la France dispose de 3 BPC du type Mistral.
La Russie en a commandé 2 en 2011, également construits par STX et DCNS, cette commande pourrait-être augmentée à 4 unités.

 

(1) CTM : Chaland de Transport de Matériels
(2) LCAC : Landing Craft Air Cushion (engin de débarquement à effet de surface)
(3) EDA-R : Engin de débarquement Amphibie – Rapide
(4) CATF: commander amphibious task force (commandement de force amphibie)
(5) CLF: commander landing force (commandement de la force à terre)
(6) PC NOE : poste de commandement de niveau opératif embarqué
(7) MCC : maritime component commander (commandement de la composante maritime)

 

Sources : DGA mise à jour : 05/06/2012 17:34

Haut de Pagep
 
 
 
 
 

Mentions légales

 

Dernière mise à jour du site le vendredi 07 avril 2017 23:37;17

Site développé par JJ Chevallier sur MS Expression Web 4, hébergé par Website Out pour UNA-ALAT